Accéder au contenu principal

Articles

Wonder woman

Rentrée de l'école : chute de cartable dans le couloir, jet de baskets du haut de la première marche d'escalier.
"J'ai faim."
Oui, oui. Moi, suis crevée, mal à la tête, au dos, faut ranger les bobos, nettoyer le lavabo, préparer le sac pour demain, finir les papiers, clôturer des dossiers, préparer à manger, mettre de l'huile à niveau dans la voiture, plier du linge et faire à manger.
Y à des jours comme ça où on regrette des secrets qu'on aurait dû garder à vie.
Un enfant.
C'est innocent.
Et puis, y à la vie qui t'amènes un lot de surprise, comme un ouragan. Ca arrive en même temps, d'un seul. Il suffit que le téléphone sonne déjà. Un coup de fil normal.
Quant je suis énervée, faut me laisser le temps de dire plein de grossièreté, après ca va mieux : je redeviens normale, calme. avant, j'avais un sac de boxe. Plus de temps pour cela.
J'ai ramassé deux fois le doudou. Tout est perdu tant que maman ne l'a pas retrouvé.
Demain, j'…
Articles récents

Smart

Cher(e)s ami(es) ne m'appelez plus. Mon téléphone et moi sommes séparés depuis un certain Vendredi, dans le matin d'une nuit folle… oui,  j'imagine bien l'ironie de la chose mais au bout du fil il n'y a plus personne... C'était devenu  insupportable... ces derniers temps, il était capricieux...quelque chose ne tournait pas rond... un je ne sais quoi qui me laisse un air con...... Il répondait à côté, il se coupait, se rallumait,  il avait besoin d’être chargé d'électricité...
Les claviers de mobiles de plus en plus insolents. Lorsque j'écrivais le mot " rufians " et qu'il me le remplaçait à la dernière seconde par " étudiants", tout juste s'il n'a l'outrecuidance de me préciser que ces mots n'ont plus cours depuis le 17ème siècle. Ah ?
Tiens, encore un exemple qui pourrait laisser à penser que mon tel est philosophe - il me restitue " La contrainte est l'aide " - bon, évidemment, ça m'interpelle, …

MUSICOLOGIE

Je pense avoir compris pourquoi la musique d'aujourd'hui, c'est du caca.
Avant, dans les années 1900 - 1950, le blues commençait à sortir de sa coquille, et a rallier les gens, comme les influences des chants de prisons et les chants des champs de coton. Et tout ça, c'était de la musique qui était pour un groupe de gens. Ca parlait d'eux, de leur problème,  de race,  de femmes, de bagarre ...  Ca représentait une atmosphère sociale.
Ensuite le rock'n'roll est sorti, avec ses influences blues, Elvis, Jerry Lee Lewis, Bill Haley ... ils étaient tous influencer par des chanteurs de blues comme Blind Willie Johnson, Robert Johnson, Skip James ... le gospel aussi, et le country comme Hank Williams et compagnie.
En prenant toutes ces influences, ces jeunes rock'n'rolleur chantaient pour les jeunes, les jeunes voulaient parler pour eux même maintenant, par exemple les lyrics Don't you, step on my blue suede shoes ... de Blue Suede Shoes d'Elvis sont en…

SYSTEM

Nouveau System. T'aimerais que je te dise que je t'aimerai toute ma vie, T’aimerais que je te promette toutes mes nuits jusqu'à l'infini, T’aimerais que je te suive à jamais sans faire de bruit, Que je comprenne tout ceci sans faire de bruit. Nouveau System. Je ne pourrais te dire ce que je ne sais pas, Je ne pourrai te donner ce que je n'ai pas,   Je ne pourrai te fuir même si tout nous sépare, Tout ce que je te promets c'est un nouveau départ. Nouveau System. J’aimerais que le temps s'arrête lorsqu'on se parle, Qu’apparaissent en plein jour dans le ciel un milliard d'étoiles pour faire un vœu, Sans que le soleil se voile et qu'on puisse être à nouveau deux, Tout ce que je te promets, c'est un nouveau départ Nouveau System. Et j'aimerais me cacher sous tes paupières pour que tu puisses me voir,  J’aimerais les casser toutes ces lumières, celles qui t'empêchent de voir un peu plus clair : J’ai pensé à la couche d’ozone, à la vache folle, aux …

Chez Fleur.

à Julien Nicolas, Rémi, Rémy Dac, son papa, Ray Clar.
Pour elle.

Je n'ai plus confiance.
Les belles personnes sont belles par rapport aux valeurs que nous avons. C'est pour ça qu'il est rare de trouver de belles personnes. Regarde bien ce qu’elle avait dans le ventre. C’est un fruit qu’elle avait mangé sans le vouloir, par hasard. Cette femme. Il faudrait que tu puisses te rendre compte de ce qu’elle a vécu, ce qu’elle a entendu, ce qu’elle a comprit, ce qu’elle a ressenti avec ce poids et son plasma autour. Une si petite chose.
 Il y a des choses qu’il faut faire, d’autres pas. Cela s’appelle un savoir-vivre. Et la vie est courte, le savoir : c’est un peu plus long si l’on se regarde le nombril sans cesse. L’orgueil est là, la jalousie s’entremêle. Depuis le début. Elle est chouette avec ses couettes. A l’école, les garçons lui tirent dessus, elle leur met une claque à chaque fois. Elle a appris à se battre déjà. Elle aime ou pas. As-tu déjà coiffé une fillette aux cheveu…

Chez les Rois.

L’hiver est arrivé. La neige n’est pas là. Il avait la bouche ouverte, béat devant cette beauté aux formes généreuses, sensuelles à souhait. L’effet aspirateur : il regardait sa bouche, il louchait presque devant ce spaghetti qui disparaissait à grande vitesse. Les grandes marques Italiennes s’étalaient par cette personne qu’il ne connaissait pas, comme un catalogue à publicité érotique, à l’attraction électrique. Séquence émotion. Belle brune, yeux verts bouteilles, bouche charnue, pommettes saillantes, fines jambes, hanches généreuses, poitrine droite et charnue, tailleur simple, moyenne taille, chaussure semi-plate. Son sac posé sur la chaise voisine supportait des lunettes, des clés. Une femme de passage, qui travaille sans doute, qui a faim de bonne patte fraiche. Il devait penser cela ? Il pensait forcément à autre chose… Tiens : un cerveau est tellement malin qu’il te fait penser que t’as oublié de faire quelque chose, mais du coup, là, en voyant cette femme, tu ne sais plus q…

Chez eux.

Je sais deux divorces,  trois enfants, ça marque. T’es tombé de haut. Viens! Tombons amoureux... ramassons-nous la gueule parterre, nous verrons bien si,  après, nous aurons le courage de nous aimer, d’être en amitié aussi. Alors on se retrouve sur internet, à tenter de rencontrer la personne idéale, on y croit tellement qu’on écrit des romans sérieux à une inconnue qui a une belle photo, un bon profil, peu importe sa situation. Lui : Salut, je suis vraiment très cool, sympa, plein d'humour (le reste je te laisserai le découvrir et en juger par toi même si toutefois tu me réponds) et je sais que ce n'est pas gagné, car vu comme tu es mimi, tu dois être débordée sur ce site, je ne vais pas pouvoir te raconter ma vie, ni même pouvoir t'écrire un roman pour l'instant, lol, c'est pourquoi, j'espère que toi aussi tu auras envie de discuter et de faire connaissance avec moi, et qu'a ton tour, tu me mettras un petit mot (genre "salut" ce qui serait déjà sym…